L'article #35 : Eric Neirynck

$6.00

Eric Neirynck, le Bukowski belge ?

L'article d'Alain Magerotte

Illustrations : Hugues Hausman

ISBN : 978-2-87595-847-1    

Parution le 1 août 2023

Prix : 5€ 

Disponible également en format numérique sur toutes les plateformes

Eric Neirynck écrit comme il respire, il est de cette sorte. Rien ne l’arrête. Chaque jour, comme ses mentors, accroché à la machine, galérien du verbe, il pousse les mots, à tenter de les faire vivre et twister, bousculer la vie, chercher quelque chose de mieux. Est-ce cela un écrivain ? Je dis oui, je dis qu’il y a chez ce gars la sève du meilleur, et je dis aussi que personne ne me donne autant envie de baiser que lui, quand il écrit avec la grâce de l’élégance les corps qui se mêlent et l’infinie indécence. Sa folie est la nôtre. Vous savez. Lisez, vous comprendrez.
Sandrine Belehradek

éditorial

Quand les générations futures liront cet article, elles auront du mal à croire qu’il est consacré à celui qui sera considéré comme la figure de proue de la novella belge.

Mais c’est pas encore gagné.

Eric Neirynck a publié nombre de nouvelles, romans, opuscules... et il y a de grandes chances que vous en ayez un dans votre bibliothèque. Pourquoi ? Parce qu’ils sont rares, ceux qui ont acheté un livre avec « Eric Neirynck » écrit en gros sur la couverture, ce qui est le cas de l’Article que vous avez entre les mains.

Si vous cherchez ses livres sur des sites de seconde main, vous ne trouverez rien. Lorsqu’on a un livre d’Eric Neirynck, on ne s’en sépare pas !

Comment vous le décrire ? Une sorte de « Vernon Subutex » littéraire aux cent tatouages (le temps de lire cet article, il s’en sera fait tatouer un nouveau), célibataire solitaire, addict au coca-cola, désœuvré débordé dans une célèbre agence de rapatriement touristique parce qu’il faut bien nourrir sa femme et ses sept enfants.

Un de ces génies maudits que notre plat pays s’entête à produire et dont les publications ne passent pas la frontière protectionniste de la France dont les auteurs sont a contrario accueillis avec moult honneurs par nos médias et nos librairies belges, délaissant le plus souvent leurs propres auteurs.

Trop vieux déjà pour entrer dans le profil des « Angèle » , « Stromae » et il y a déjà deux Poelvoorde : Benoît et François Damiens.
Il fallait quelqu’un qui le connaisse bien, un collègue, un écrivain, un de ses lecteurs aussi.

Alain Magerotte – L’homme (qui en a sous le) au chapeau – l’apprécie et possède dans sa bibliothèque « Tout Neirynck » ce qui n’est pas donné à tout le monde.
Il a accepté avec enthousiasme de mettre entre parenthèses l’écriture de son prochain best-seller « Meurtre au Belkdo » pour vous présenter le « best-célèbre » de Berchem-Sainte-Agathe, leur commune commune de Bruxelles et a relevé le défi de vous présenter « l’auteur belge le plus poissard que connaisse Michel Dufranne ».


Related products