La Tête de Méduse / Голова Медузы

$9.00

Titre : La Tête de Méduse / Голова Медузы

Edition bilingue française / russe

Auteur : Lydia Zinovieva-Annibal / Лидия Зиновьева-Аннибал

Traduit du russe par Alexander Kazakevich

Collection : Kniga

Date de parution : 21 avril 2021

ISBN : 978-2-87595-478-7 

Prix : 8 € ( + frais d'envoi) - franco de port pour la Belgique

60 pages

« Neznakomov sursauta. Il ne s’y attendait pas et ne pouvait l’admettre. Si l’autre est aussi fou, cela ne saurait être la même folie, car si deux personnes sont folles de la même façon, cela remet en cause l’état même de folie, alors c’est tout simplement la vie. Mais où peut-on s’abriter de la vie ? De quel endroit sûr peut-on la contempler ? »

Lors d’une nuit blanche à Saint-Pétersbourg, un peintre rencontre un sculpteur. Les deux artistes semblent devoir faire face à une même menace.

Lydia Zinovieva-Annibal (1866-1907), figure captivante de l’Âge d’argent, nous a laissé un récit troublant sur le lien entre l’art et les souffrances de l’âme, dans la droite ligne de sa célèbre nouvelle Trente-trois monstres.

Note de l’éditeur 

Le travail de traduction est une tâche exigeante. À la différence de l’auteur, le traducteur ne peut pas retravailler un texte en supprimant une phrase qui lui échappe ou un détail qu’il ne comprend pas. Il se doit d’appréhender la raison de la place et du choix de chaque mot. Cette exigence devient particulièrement sensible face à un texte qui traite de l’incompréhensible et dont l’objectif est de dérouter le lecteur. Ma relecture a dû être très attentive, je me suis arrêté sur chaque mot de la traduction d’Alexander Kazakevich. Le texte « La tête de Méduse » nous livrait une bataille, et nous n’étions pas trop de deux pour la mener. Son thème fantastique était bel et bien le principal problème. Imaginez-vous devoir relire plusieurs dizaines de fois Le Horla de Maupassant, en vous arrêtant sur chaque mot et en vous demandant ce qu’il signifie, quelle clé il peut potentiellement donner à la compréhension générale du récit. Au fur et à mesure, le texte vous aspire, la nature même de la réalité fait question et vous n’en sortez pas indemne.

Aujourd’hui, je m’interroge encore si nous n’avons réussi ne fût-ce qu’à entrevoir les horizons que ce texte entrouvrait. Je suis très reconnaissant à Alexander d’avoir inscrit cette nouvelle vision des tourments artistiques au sein de notre collection.

Related products